Logo de www.saphisme.com

Les Poésies de Sapho, le livre I des IX livres conservés, traduit par Théodore Reinach et Aimé Puech (in Alcée-Sapho, éd. Les Belles Lettres, 1937)

LIVRE PREMIER

  1. Avant propos. Le mètre
  2. Fragments anciennement connus : 1 à 14
  3. Fragments conservés par Apollonius Dyscole : 15 à 22
  4. Fragments de Berlin : 23 et 24
  5. Fragments d'Oxyrhyncus : 25 à 40

A) AVANT-PROPOS - LE MÈTRE

D’après les témoignages des grammairiens (Schol. Metr. Pindare Pyth. I = 6, 1Dr. ; - Marius Plotius Sacerdos, 199 = Gr. lat. Keil, VI, 546, 8 ; Tricha, 69) toutes les pièces réunies dans ce livre étaient composées en strophes dites « saphiques ». L’indication portée à la fin d’Oxyrhynchus 1231, fr. 56 μελων α/χηηηδδ = 1320 vers nous apprend donc qu’il contenait 330 strophes soit environ 60 pièces dont moins d’un tiers est conservé.
La strophe saphique se présente sous le schéma suivant :

  1. _ ⏑ _ ⏓ _ ⏑⏑ _ ⏑ _ ⏓
  2. - ⏑ - ⏓ - ⏑ ⏑ - ⏑ ⏓
  3. - ⏑ - ⏓ - ⏑ ⏑ - ⏑ ⏓
  4. - ⏑ ⏑ - ⏓

L’hiatus est admis entre le vers 1 et 2, 2 et 3 mais non entre 3 et 4 qui, à l’inverse, sont souvent liés par un mot coupé en deux. Le nombre des syllabes est rigoureusement uniforme.
Les anciens métriciens (Héphestion, c. 14) rattachaient cette strophe au mètre choriambique ou épichoriambique. Les 3 premiers vers étaient dit : ἐπιχοριαμϐικὸν Σαπφικὸν ἑνδεκασύλλαϐον (épichoriambique saphique hendécasyllabe)

  • – ⏑ - ⏓ ⎟ -⏑ ⏑ – ⎟ ⏑ – ⏓
Le 4e χοριαμϐικὸν πενϑημιμερές
  • – ⏑ ⏑ ⎟ ⏓

Mais cette manière de scander correspond à une théorie métrique savante et ne repose certainement pas sur une tradition musicale. Sans vouloir entrer dans une discussion technique, j’estime que le rythme fondamental de la strophe est la mesure à 4 temps, avec substitution, à des endroits déterminées, de la mesure à 6/8 (ditrochée), égalisée au dactyle par une accélération du mouvement (la dernière croche, par l’effet d’un rallentando, pouvant être représenté par une syllabe longue). Le nombre des mesures est ainsi de 11, égal au nombre des syllabes des vers 1, 2, 3.

B) FRAGMENTS ANCIENNEMENT CONNUS DE SAPHO DE LESBOS traduits par Théodore Reinach (1937)

Fragment 1 : [Denys d'Halicarnasse, De l'élocution 23]

1
Ποικιλό́ϑρον᾿ ἀϑανάτ᾿ Ἀφρόδιτα͵
παῖ Δίοϛ δολo̓πλοκε, λίσσομαί σε,
μή μ᾿ ἄσαισι μηδ ̓ ὀνίαισι δάμνα,
πότνια, ϑυ̑μον,
Toi dont le trône étincelle, ô immortelle Aphrodite, fille de Zeus, ourdisseuse de trames , je t’implore : ne laisse pas, ô souveraine, dégoûts ou chagrins affliger mon âme,

5
ἀλλὰ̀ τυίδ᾿ ἔλϑ᾿ αἴ ποπα κἀτέρωτα
τὰϛ ἔμας αὔδας ἀΐοισα πήλυι
ἔκλυες,ͺ πἀτρος δὲ δόμον λίποισα
χρύσιον ἧλϑες
Mais viens ici, si jamais autrefois entendant de loin ma voix, tu m’as écoutée, quand, quittant la demeure dorée de ton père tu venais,


10
ἄρμ’ ὐπασδεύξαισα· κάλοι δέ σ’ ἆγον
ὤκεες στροῦϑοι περὶ γᾶς μελαίνας,
πύκνα δίννεντες πτέρ᾿ ἀπ᾿ ὠράνωἴϑε-
ρος διὰ μέσσω·
Après avoir attelé ton char, de beaux passereaux rapides t’entraînaient autour de la terre sombre, secouant leurs ailes serrées et du haut du ciel tirant droit à travers l’éther.



15
αἶψα δ᾿ ἐξίκοντο· σὺ δ´ ὦ μάκαιρα͵
μειδιάσαισ´ ἀϑανάτωι προσώπωι
ἤρε᾿ ὄττι δηὖτε πέπονϑα κὤττι
δηὖτε κάλημμι͵
Vite ils étaient là. Et toi, bienheureuse, éclairant d’un sourire ton immortel visage, tu demandais, quelle était cette nouvelle souffrance, pourquoi de nouveau j’avais crié vers toi,




20
κὤττ’ ἔμωι μάλιστα ϑέλω γένεσϑαι
μαινόλαι ϑύμωι· «τίνα δηὖτε Πείϑων
μᾶισ’ ἄγην ἐς σὰν φιλότατα; τίς σ´ , ὦ
Ψάπφ´͵ ἀδικήει ;
Quel désir ardent travaillait mon cœur insensé : « Quelle est donc celle que, de nouveau, tu supplies la Persuasive d’amener vers ton amour ? qui, ma Sappho, t’a fait injure ?

καὶ γὰρ αἰ φεύγει, ταχέως διώξει͵
αἰ δὲ δῶρα μὴ δέκετ᾿͵ ἀλλὰ δώσει͵
αἰ δὲ μὴ φίλει͵ ταχέως φιλήσει
κωὐκ ἐϑέλοισα. »
Parle : si elle te fuit, bientôt elle courra après toi ; si elle refuse tes présents, elle t’en offrira elle même ; si elle ne t’aime pas, elle t’aimera bientôt, qu’elle le veuille ou non ».

25
ἔλϑε μοι καὶ νῦν, χαλέπαν δὲ λῦσον
ἐκ μερίμναν, ὄσσα δέ μοι τέλεσσαι
ϑῦμος ἰμέρρει, τέλεσον· σὺ δ᾿ αὔτα
σύμμαχος ἔσσο.
Cette fois encore, viens à moi, délivre moi de mes âpres soucis, tout ce que désire mon âme, exauce-le, et sois toi-même mon soutien dans le combat.

Fragment 2 : [Anonyme ou Pseudo-Longin Traité du Sublime ch. VIII]

1
Φαίνεταί μοι κῆνος ἴσος ϑέοισιν
ἔμμεν ὤνεη ὄττις ἐνάντιός τοι
ἰσδάνει καἱ πλάσιον ἆδυ φωνεί-
σας ὐπακοὐει,
Celui-là me paraît être l’égal des dieux, l’homme qui, assis en face de toi, de tout près, écoute ta voix si douce

5
καί γελαίσας ἰμέροεν, τό μ’ ἦ μὰν ἀ
καρδίαν ἐν στήϑεσιν ἐπτόα <ι> σεν.
ὠς υἀρ ἔς σ’ ἴδω βρόχε’, ὤς με φώναι-
σ’ οὐδ’ ἔν ἔτ’ εἴκει.
Et ce rire enchanteur, qui je le jure, a fait fondre mon cœur dans ma poitrine ; car, dès que je t’aperçois un instant, il ne m’est plus possible d’articuler une parole ;


10
ἀλλὰ κὰμ μὲν γλῶσσα ϝέαγε, λέπτον
δ’ αὔτικα χρῶι πῦρ ὐπαδεδρόμακεν,
ὀππάτεσσι δ’ οὐδ’ ἔν ὄρημμ’, ἐπιρρόμ-
βεισι δ’ ἄκουαι·
Mais ma langue se brise, et, sous ma peau, soudain se glisse un feu subtil ; mes yeux sont sans regard, mes oreilles bourdonnent,



15
ἀ δέ μ’ ἴδρως κακχέεται, τρόμος δὲ
παῖσαν ἄγρει, χλωροτέρα δὲ ποίας
ἔμμι, τεϑνάκην δ’ ὀλίγω ᾿πιδεύην
φαίωομ’ ˘ _ _··
La sueur ruisselle de mon corps, un frisson me saisit toute ; je deviens plus verte que l’herbe, et peu s’en faut, je me sens mourir (ô Agallis ?)

ἀλλὰ πᾶν τόλματον ἐπεὶ ˘_˘
Mais on doit tout oser, puisque...

Fragment 3 [Eustathe commentaire sur L'Iliade, VIII, 555 - Julien Epître 19 - Julien Discours III, 109]

ἄστερες μὲν ἀμφι κάλαν σελάνναν
ἄψ ἀπυκρύπτοισι φάεννον εἶδος
ὄπποτα πλήϑοισα μάλιστα λάμπηι
γᾶν <ἐπ’ ἀμαύραν ?>
Les étoiles, groupées autour de la Lune radieuse, cachent de nouveau leur brillant visage, lorsque celle-ci, devenue pleine, resplendit de son plus vif éclat sur la Terre (sombre).

Fragment 4 [Hermogène, figures oratoires, II, 4]

- ⏑ - ⏑ - ⏑ ⏑ ἀμφὶ δ’ ὔδωρ
- ⏑ - φῦχον κελάδει δι’ ὔδων
μαλίνων , αἰϑυσσομένων δὲ φύλλων
κῶμα κατάρρει.
(La brise ?) caressant l’eau fraîche chante à travers les rameaux verts, et du feuillage qui palpite descend un lourd sommeil.

Fragment 5 [Athénée de Naucratis, Banquet des Sophistes, 11, 463e]

- ⏑ - ⏑ - ⏑ ⏑ ἔλϑε, Κύπρι,
χρυσίαισιν ἐν κυλίκεσσιν ἄϐρως
συμμεμιγμένον ϑαλίαισι νέκταρ
οἰνοχόεισα.
Viens, Kypris, et dans les coupes d’or verse aux convives le nectar, délicieux mélange du festin.

Fragment 6 [Strabon géographie I, 33]

ἤ σε Κύπρος καὶ Πάφος ἀ πάνορμος
Soit que Cypre et Paphos au port sûr te (détienne).

Fragment 7 [Athénée de Naucratis, Banquet des Sophistes, 13, 571 d]

— ⏑ — ⏓ — τάδε νῦν ἐταίραις
ταὶς ἔμαις τέρποισα κάλως ἀείσω.
Maintenant, d’une belle voix, je vais chanter ces chansons pour ravir mes compagnes.

Fragment 8 [Scholie de Pindare, Pythiques 1,10]

ταῖσιν <αὖ> ψῦχρος μὲν ἔγεντο ϑῦμος,
πὰρ δ’ ἴεισι τὰ πτέρα — ⏑ — ⏓
(Les colombes) sentent refroidir leur cœur et laissent tomber leurs ailes.

Fragment 9 [Himérios, Discours, 13, 9 et 3,17]

ἀστέρων πάντων ὁ κάλιστος — ⏑
(Hespéros), ô toi le plus beau de tous les astres.

Fragment 10 [Etymol. magnum, cod. Flor. (F) ap. Miller, Mélanges de litt. gr. p. 213]

— ⏑ — ⏓ — κὰτ ἔμον στάλαγμον
Dans (ma douleur) qui coule goutte à goutte.

Fragment 11 : [Hérodote, 23, 12]

τὸν δ’ ἐπιπλάζοντ’ ἄνεμοι φέροιεν
καὶ μελέδωναι.
Et celui qui me blâme (?), puissent les vents (?) et les soucis l’emporter

Fragment 12 : [Amomônios d'Alexandrie, sur les différents styles, 23]

ἀρτίως μ’ ἀ χρυσοπέδιλλος Αὔως
Voici qu’à l’instant l’aurore aux sandales d’or me…

Fragment 13 : [Scholie d'Aristophane, Pac. 1174 - Pollux 7,93- Héphestion Ench. c. 13]

— ⏑ — ⏓ — ⏑ ⏑ — πόδας δὲ
ποίκιλος μάσλης ἐκάλυπτε, Λύδι-
ον κάλον ἔργον
Ses pieds étaient voilés par une tunique drapée, bel ouvrage lydien.

Fragment 14 : [Etym. Magnum p. 485 - Etym. Gudianum 294, 40 - E. Pottier, Vases antiques du Louvre, 2e série, p. 140.]

καὶ ποϑήω καὶ μάομαι ⏑ — ⏓
Je désire, je souhaite ardemment…

C) FRAGMENTS DE SAPHO DE LESBOS CONSERVES PAR APOLLONIUS DYSCOLUS & traduits par Reinach :

Fragment 15 : [Ap. Dys. 343 b]

— ⏑ — ⏓ — ⏑ ⏑ ἤ τιν’ ἄλλον
<μᾶλλον> ἀνϑρώπων ἔμεϑεν φίληισϑα
Ou bien y a-t-il quelqu’un que tu aimes mieux que moi ?

Fragment 16 : [Ap. Dys. 364 c]

σοὶ δ’ ἔγω λεύκας ἐπὶ βῶμον αἶγος
Je (brûlerai ?) pour toi sur l’autel (la graisse ?) d’une chèvre blanche.

Fragment 17 : [Ap. Dys. 364 c]

κἀπιλείψω τοι ⏑ ⏑ — ⏑ — ⏓
Et je laisserai derrière pour toi…

Fragment 18 : [Ap. Dys. 366 a]

φαίνεταί ϝοι κῆνος ⏑ — ⏑ — ⏓
Cet homme se fait l’effet…

Fragment 19 : [Ap. Dys. 384 c]

ταὶς κάλαισιν ὔμμι νόημμα τὦμον
οὐ διάμειπτον
Envers vous, ô mes belles, ma pensée ne changera jamais.

Fragment 20 : [Ap. Dys. 387 a]

— ⏑ Ὄπταισ’ ἄμμε ⏑ — ⏑ — ⏓
Tu nous consummes (d’amour)…

Fragment 21 : [Ap. Dys. 404 a - Aristides II, 508]

αἴ με τιμίαν ἐπόησαν ἔργα
τὰ σφὰ δοῖσαι — ⏑ ⏑ — ⏑ — ⏓
(Les Muses) qui m’ont rendues glorieuse, en me faisant don de leur ouvrage.
Note d'Aimé Puech : "Plutôt : leur art (la capacité de faire ce qu'elles font elles-mêmes)."

Fragment 22 : [Ap. Dys. III, 247]

αἴϑ’ ἔγω, χρυσοστέφαν’ Ἀφροδιτα,
τόνδε τὸν πάλον λαχόην ⏑ — ⏓
Puissé-je, ô Aphrodite couronnée d’or, obtenir ce lot en partage !

D) FRAGMENTS DE BERLIN DE SAPHO DE LESBOS traduits par Théodore Reinach et Aimé Puech (1937)

Note d'Aimé Puech : Reinach n'a mentionné nulle part qu'il ait vu lui-même le parchemin de Berlin ni le papyrus d'Oxyrhinchos.

Fragment 23 de Berlin :

(A Charaxos ?)





5
οὐκ ἄπυ ] δώσην.
― ⏓ ύτων μέντ’ ἐπτ ⏑ ⏑ ― ⏑ ― ⏓
καὶ κ]άλων κἄσλων, ε ⏑ ― ⏑ ― ⏓
τοὶς φί]λοις, λύπηις τέ μ[ε ― ⏑ ― ⏓
εἰς ἔ[μ’ ὄνειδος.
Tu ne m’as su (1)
aucun gré…
de toutes ces belles et bonnes œuvres…
tu (désespères) tes amies, tu m’affliges
en me couvrant de honte…

ὦι κεν] οἰδήσαις ἐπὶ τ[― ⏑ ― ⏓
καρδί]αν ἄσαιο· τό γὰρ [νόημμα
τὦ]μον οὐκ οὖτω μ[αλάκως ⏑ ― ⏓
διάκηται.

Va, gonflé d’orgueil… rassasie ton cœur ; mais sache que mon âme n’est pas faite d’étoffe assez molle (pour te pardonner ?)

10
ἀλλὰ μὴ δ[ό]αζε· ⏑ ― ⏑ ― ⏓
― ⏑ ― ⏓ χις· συνίημ’ [ἔγω σε
― ⏑ ― ⏓ λης κακότατο[ς ― ⏓
― ⏑ ⏑ ― μεν

N’aie point de doute : … je sais (que tu seras châtié) de ta méchanceté…


15
― ⏑ ― ⏓ ― ν ἀτέραις με[μήλων
― ⏑ ― ⏓ η φρένας· εὔ ⏑ ― ⏓
― ⏑ ― ᾳ τοὶς Μάκα[ρας ⏑ ― ⏑
μοι παρέοντας].
....ᾳ


...Sache le bien : (j’espère en) les dieux bienheureux qui sont avec moi.

Fragment 24 de Berlin : (trop mutilé pour se prêter à un essai de reconstitution ou de traduction. On lit à la fin des vers :)

― ⏑ ― ⏑ ― ⏓ ― ⏑ ⏑ ― ε ϑῦμον
― ⏑ ― ⏑ ― ⏑ ⏑ ― μι πάμπαν
― ⏑ ― ⏑ ― ⏑ ⏑ ― δυνᾱμαι
― ⏑ ⏑ ― ⏑
  1. ........ coeur
  2. ..........tout à fait
  3. ….........je puis
  4. ........

― ⏑ ― ⏑ ― ⏑ ⏑ ― ας κεν ἦι μοι
― ⏑ ― ⏑ ― ⏑ ⏑ ― ς ἀντιλάμτην
― ⏑ ― ⏑ ― ⏑ ⏑ ― κά]λον πρόσωπον
― ⏑ ⏑ ― ⏑
  1. ... ..... moi
  2. .......brille en face
  3. … .....beau visage

― ⏑ ― ⏑ ― ⏑ ⏑ ἐ[γχροίσϑεις
― ⏑ ― ⏑ ― ⏑ ⏑ ― ⏑ ― ρος
  1. … (un participe qui appartient au vocabulaire érotique)
  2. .......

E) FRAGMENTS D’OXYRHYNCHUS DE SAPHO DE LESBOS traduits par Reinach & Puech :

Fragment 25 [Oxy. Pap. n° 7] :

Κύπρι κα]ὶ Νηρήϊδες, ἀϐλάϐη[ν μοι
τὸν κασί]γνητον δότε τυίδ’ ἴκεσϑα[ι
κὦσσα ϝ]οι ϑύμωι κε ϑέληι γένεσϑαι
τάντα τε]λέσϑην·
O Kypris et vous, Néréïdes *, faites que mon frère revienne ici sain et sauf, et que tout ce que son cœur désire puisse s’accomplir ;

5
ὄ σσα δὲ πρ]όσϑ’ ἄμϐροτε, πάντα λῦσα[ι,
ὠς φίλοισ]ι ϝοῖσι χάραν γένεσϑαι
κὠνίαν ἔ[χϑροισι· γένοιτο δ’ ἄμμι
μήποτα μ]ηδ’ εἶς·
Que tous les torts qu’il commit naguère, il puisse les racheter, afin qu’il en résulte joie pour ses amis, honte pour ses ennemis, puissions-nous n’en jamais plus connaître !


10
τὰν κασιγ]νήταν δὲ ϑέλοι πόησϑα[ι
ἔμμορον ] τίμας, [ὀν]ίαν δὲ λύγραν
¯˘¯] ο τοῖσι [πάρ]οιϑ’ ἀχεύων
ϑῦμον ἐδά]μνα,
Puisse-t-il s’efforcer de rendre à sa sœur tout l’honneur qui lui est dû et (oublier ?) les sombres ennuis dont naguère il souffrait lui-même (?) et déchirait mon cœur (?)



15
¯˘¯˘] λ’ εἰσαίω[ν] τό κ’ ἐγ χρῶι
κέρρον ἦλ]λ’ ἐπαγ[ορί]αι πολίταν,
¯˘¯]αλλωσ[ . . . ὀ ]νῆκε δ’ αὖτ’οὐ
μὰν διὰ μά]κρω
En entendant les sarcasmes qui s’enfonçaient dans ma chair sous les reproches de nos concitoyens et qui (à peine apaisés ?) reprenaient de plus belle :




20
ἀλλ’ ἄκουσ]ον αἴ κ[ε, ϑέα . . . . ]ι
¯˘¯˘]ν, σὺ [δὲ,] Κύ[ρ᾿ , ἐ] ͺρέ[μ]να[ι
¯˘¯˘¯] ϑεμ[έν]α, κάκᾱν ˘
¯˘˘¯¯ ι
Mais écoute-moi, ô déesse, si jamais (ma chanson a charmé ton cœur ?) ; et toi, enveloppant de la sombre (nuit) tout ce passé, (détourne de nous) la méchanceté (?)

Fragment 26 [Pap. Oxy. X, 1231]

.... ] αμάκαι[ρα../...]ευπλω. [.../...] ατος κα [.../¯˘˘¯˘
.ἄμ] βροτε κη [.../...] νεμ [.../....] ενος κλ[.../.¯˘˘¯˘

Κύ]πρι, κα[ί σ]ε πι[κροτάτα]ν ἐπεύρ[οι
μηδὲ καυχάσαιτο τόδ’ ἐννέ[ποισα
Δ]ωρίχα τὸ δεύ[τ]ερον ὠς πόϑε[ννον
εἰς] ἔρον ἦλϑε


Ô Kypris, puisse-t-il te trouver pleine d’amertume et puisse Doricha n’avoir pas l’occasion de se vanter en disant que pour la seconde fois il est parti pour un amour délicieux.

Fragment 27 [Pap. Oxy. 1231, 1, b et vers 3-4 Apollonius De synt. 291 b]

Ο]ἰ μὲν ἰππήων στρότον, οἰ δὲ πέσδων,
οἰ δὲ νάων φαῖσ’ ἐπ[ὶ] γᾶν μέλαι[ν]αν
ἔ]μμεναι κάλλιστον· ἔγω δὲ κῆν’ ὄτ-
τω τις ἔρᾱται.
Les uns estiment que la plus belle chose qui soit sur la terre sombre, c’est une troupe de cavaliers, ou de fantassins ; les autres, une escadre de navires. Pour moi, la plus belle chose du monde c’est pour chacun celle dont il est épris.

5
πά]γχυ δ’ εὔμαρες σῦνετον πόησαι
π]άντι τ[ο]ῦτ’ ἀ γὰρ πόλυ περσκόπει[σ]α
κάλ]λος [ἀνϑ]ρώπων Ἐλένα [τὸ]ν ἄνδρα
κρίννεν ἄρ]ιστον,
Rien de plus aisé que de rendre claire à tous cette vérité. Voyez celle qui avait pu comparer la beauté de tant d’hommes, Hélène. Qui choisit-elle comme le plus excellent de tous ?


10
ὄς τὸ πᾶν] σέϐας Τροἰα[ς ὄ]λεσσ[εν,
κωὐδὲ π]αῖδος οὐδέ φ[ί]λων το[κ]ήων
οὖδεν] ἐμνάσϑ, ἀ[λλὰ] παρά[γα]γ’ αὖταν
πῆλε φίλει]σαν
Celui qui devait anéantir toute la splendeur de Troie. Sans plus se soucier ni de son enfant ni de ses parents chéris, elle se laissa, pour aller aimer au loin, entraîner par



15
Κύπρις· εὖκ]αμπτον γὰρ [ἄει τὸ ϑῆλυ,
αἴ κέ τις] κούφως τ[ὸ πάρον ν]οήσῃ·
κωὐ]δὲ νῦν Ἀνακτορί[ας τις ἐ]μναί-
[σϑ’ οῦ] παρεοίσας·
Kypris? Ah ! combien versatile est l’âme de la femme, quand, dans sa légèreté, elle ne pense qu’au présent ! Ainsi, à cette heure, nul n’évoque le souvenir d’Anactoria, parce qu’elle est absente —




20
τᾶ]ς <κ>ε βολλοίμαν ἔρατόν τε βᾶμα
κἀμαρυ <γ>μα λάμπρον ἴδην προσώπω
ἤ τὰ Λύδων ἄρματα κἀν ὄπλοισι
πεσδομάχεντας.
Anactoria, dont la démarche gracieuse, l’éclat rayonnant du visage, me feraient plus de plaisir à voir que tous les chariots des Lydiens et leurs guerriers, chargeant à pied dans leur armure.

εῦ μὲν ἴδ]μεν οὐ δύνατον γένεσϑαι
λῷστ’] ὀν’ ἀνϑρώπ]ωι· π]εδέχην δ’ ἄραϑαι
........................................................................
............................
Je le sais bien : l’homme ne peut avoir en partage le bonheur parfait, mais désirer d’avoir sa part...

τ’ ἐξ ἀδοκή[τω
.... à l’improviste.

Fragment 28 [Pap. Oxy. 1231, 1 et Ant. Pal. IX, 189] (Prière à Héra *)

5
Πλάσιον δή μ[οί ποτ’ ὄναρ παρέστα,
πότνι’ Ἦρα, σὰ χ[αρίεσσα μόρφα,
πὰν ἀράταν Ἀτρ[έϊδαι φίδον κλύ-
τοι βασίληες·
Dans mon sommeil naguère, tout près m’est apparue, ô souveraine Héra, ta forme gracieuse, telle que jadis l’aperçurent, appelée par leurs prières, les rois illustres, fils d’Atrée *.


10
ἐκτελέσσαντες [γὰρ Ἄρευος ἔργον
πρῶτα μὲν π[αρ’ ὠκυρόω Σκαμάνδρω,
τύιδ’ ἀπορμάϑε[ντες ἐπ’ οῖκον ἴκην
οὐκ ἐδύναντο,
Car, ayant achevé d’abord l’œuvre d’Arès *, près du Scamandre aux flots rapides, en partant vers ces rivages-ci (1) ils ne purent retourner chez eux



15
πρὶν σὲ καὶ Δί’ ἀντ[ιάσαι μέγιστον
καὶ ϴυώνας ἰμ[μερόεντα παῖδα·
νῦν δὲ κ|αὶ ῤέζοισι ϑύν πόλιται
κὰτ τὸ πά[λαιον
avant d’avoir approché de leurs prières toi-même et le grand Zeus * et l’aimable fils de Thyona (Dionysos). Tels maintenant les citoyens t’offrent, suivant la tradition, de pures victimes, et les jeunes filles t’apportent un beau péplos, et avec elles les femmes, pressées nombreuses autour de ton autel…(2)

ἄγνα, καί κά[λον κατάγοισι πέπλον
π]άρϑ[ενοι, σὺν ταίσι δὲ καὶ γύναικες,
ἀ]μφὶ σ[ὸν βῶμον πύκιναι στάϑεισαι
— ⏑ ⏑ — ⏑

. . . .
. . ΑΝΙΛ . . .
ἔμμεν[αι ⏓ — ⏑ ⏑ — ⏑ — Ἦ-
ͺΡΑΠΙ[⏑ — ⏓

Notes du traducteur Théodore Reinach :
(1) Lesbos. Mais d’après l’Odyssée (III, 130) c’est Ménélas seul, non Agamemnon, qui y a touché.
(2) Peut-être dans les vers perdus, Sappho invoquait-elle la protection d’Héra pour un voyage mais il n’est guère probable qu’il s’agisse de son retour ( ?) de Syracuse à Mytilène (Edmonds) car le vers 7 (τύιδ’) prouve que la poétesse est à Lesbos. A la rigueur, j’ai donc supposé (v. 20) qu’il peut s’agir d’un voyage au Péloponnèse.

Fragment 29 [Oxyr. Pap., 1231, 1]

[Note d'Aimé Puech : le fragment est trop incomplet pour prêter aisément à des restitutions, celles du début des premiers vers est très incertaine. (Lobel : π]άνκέδ[ )

ἄν κ’ ἐδ[εξάμαν ⏑ ⏑ — ⏑ — ⏓
<ἐν>νέπην] ⏒ — ⏑ ⏑ — ⏑ — ⏑
γλῶσσά μ[οι ⏓ — ⏑ ⏑ — ⏑ — ⏓
μυϑολόγ[ευσαι·
?
...dire...
… langue…
....conter...

κἄνδρι[— ⏓ — ⏑ ⏑ — ⏑ — ⏓
μέσδον [— ⏓ — ⏑ ⏑ — ⏑ — ⏓
. .
. . . .
... homme (au datif)
… médian (à l'accusatif)
...
...

Fragment 30 [Oxy. Pap., 1231, 2]

— ]
— ⏑ — ⏓ — ⏑ ⏑ — μένοισα[
— ⏑ — ⏓ — ⏑ ⏑ ϑ’ ἐν ϑυοισι[ν
— ⏑ — ⏑ — ⏑ ἔχοισαν ἔσλ[α
[καὶ κάλα δῦρα]
— ]
... (le participe) restant...(au féminin)
...les mots... et dans les parfums...
...ayant (au féminin) de nobles (au neutre)...
...

— ⏑ — ⏒ — ⏑ ⏑ ει δὲ ϐαισα[
— ⏑ — ⏓ — ⏑ ⏑ ε]ὖ γὰρ ἴδμεν
— ⏑ — ⏑ — ⏑ ⏑ — ιν ἔργων
— ⏑ ⏑ — ⏓
...
… nous savons bien...
…oeuvres (au génitif)
...

— ⏑ — ⏒ — ⏑ ⏑ — δ’ ὐπίσσω
— ⏑ — ⏓ — ⏑ ⏑ κ] ἀπικυδ [
— ⏑ — ⏓ — ⏑ ⏑ — τόδ’ εἴπη[ν
— ⏑ ⏑ — ⏓
....derrière...
... dire ceci...
...
...

Fragment 31 [Oxy. Pap., 1231, 9]

[Note d'Aimé Puech : Le fragment est trop incomplet pour prêter aisément à des restitutions : On aperçoit seulement par les strophes 3 et 4 qu'il est question d'une traversée ; était-ce une comparaison, ou la mention d'un voyage réel ? ]

......................................
— ⏑ — ⏒ — ]ἐπί [δ]εσμα — ⏑
— ⏑ — ⏒ — ] ε· γάνος δὲ και
— ⏑ ⏑ — ⏒

— ⏑ — ⏒ — ⏑] τύχαι σὺν ἔσλαι
— ⏑ — ⏒ — ⏑¯˘¯˘¯˘˘] ος κρέτησαι
¯˘¯˘¯ ἐπὶ γ]ᾶς μελαίνας
— ⏑ ⏑ — ⏓

¯˘¯˘οὐκ ἐϑ] έλοισι ναῦται
¯˘¯˘¯μ]εγάλαισ’ ἀήται[ς
¯˘¯˘¯ ἄλ]α κἀπὶ χέρσω
— ⏑ ⏑ — ⏒
(non traduit par Reinach & Puech)

¯˘¯˘¯ ἄ]μοϑεν πλέοιμ[ι
¯˘¯˘¯ ] δέ τὰ φόρτι’ εἰκ [_
¯˘¯˘¯˘] ν ἄτιμ’ ἐπεικη[
— ⏑ ⏑ — ⏓

¯˘¯˘¯˘] ῥέοντι πόλλ-
¯˘¯˘¯˘˘]αι δέκε[ σϑαι
....................................

Fragment 32 de Sappho de Lesbos [Pap. Oxyr. X, 1231, 10]

Note d'Aimé Puech : La strophe 2 parle de la vieillesse ; la 3° se termine par : chante-nous (la femme ou la déesse) aux tresses violettes.

..................................
- ⏑ - ⏒ - ⏑]λ’ ἐπαϐολ’ ἠσ[
- ⏑ - ⏒ -]ν δόλοφυν [⏑-] ει
- ⏑ - ⏒ -] τρομέροις π]ρὸς ἄ]λλα
- ⏑ ⏑ - ⏓

– ⏑– ⏓ – ]χρόα γῆρας ἤδη
– ⏑– ⏓ – ⏑ ⏑ ]ν ἀμφιϐάσκει
– ⏑– ⏒ – ]ς πέταται διώκων
– ⏑ ⏑ – ⏓
(non traduit par Reinach & Puech)

– ⏑– ⏓ – ⏑ ⏑ ] τᾶς ἀγαύας
– ⏑– ⏒ – ⏑ ⏑ ] μα· λάϐοισα
– ⏑– ⏒ – ⏑ ] ἄεισον ἄμμι
(τὰν ἰόκολπον·)

– ⏑– ⏒ – ⏑ ⏑ ] ρων μάλιστα
– ⏑– ⏒ – ⏑ ⏑ ] ας π[λ[άναται
................

Fragment 33 de Sappho de Lesbos traduit par Reinach [Oxyr. Pap., 1231, 12]

Note d'Aimé Puech : Il est question dans la strophe 2, de tempêtes et de souffrances.

– ⏑ ]ϐλα . . .
– ⏑ ]ἔργον [ἀλ]λά τε[– ⏑ – ⏓
– ⏑ – ]ν ῤέϑος δοκί [μοιμι – ⏓
– ⏑ ⏑ ]ησϑαι

5
– ⏑ ]ναυάδην χ[⏑ ⏑ – ⏑ – ⏑
αἰ δ]ὲ μή· χείμω[ν ⏑ ⏑ – ⏑ – ⏓
– ⏑ ]τοισαν ἄλγεα [– ⏑ – ⏓
– ⏑ ⏑ –]δε
(non traduit par Reinach & Puech)

..................τ . . .

Fragment 34 de Sappho de Lesbos non traduit par Reinach [Oxy. Pap.,X, 1231, 13]

Note d'Aimé Puech : Ce fragment évoque de joyeux souvenirs de jeunesse, particulièrement des danses.

. . . ανάγ . . .
– δ]ὲ μνάσεσϑ’ ἄ[σσα ⏑ – ⏑ – ⏓
– ⏑ ἄ]μμες ἐν νεό [τατι – ⏓
– ἐ]πόημμεν

5
πόλλα μ]ὲν γὰρ καὶ κά[λα – ⏑ – ⏓
– ⏑ ]μεν· πολι[⏑ ⏑ – ⏑ – ⏓
καὶ χ]ο[ρ]είαις δ[– ⏑ ⏑ – ⏑ – ⏓
– ⏑ ⏑ – ⏓

Fragment 35 de Sappho de Lesbos traduit par Reinach [Oxy. Pap. 1231,14]

...................
. . . .
– ⏑ – ⏑ – ⏑ ]ἔρωντος ἤδη
– ⏑ ⏑ – ⏓
...

5
ὤς γὰρ – ⏑ ἄν]τιον εἰσίδω σ[ ε
– ⏑ – ⏓ Ἐ]ρμιόνᾱι τεαύ[τα
– ⏑ – ] ξάνϑᾱι δ’ Ἐλένᾱι σ’ ἐἴσ[κ]ην
οὐδὲν ἄει]κες
Lorsque je te vois en face de moi il me semble que jamais Hermione * ne fut si belle et je ne crois pas téméraire de te comparer à la blonde Hélène * , (1)


10
αἰ ϑέ]μις ϑνάταις, τόδε δ’ ἴσ[ϑι], τᾶι σᾶι
καλλόνᾱι] παίσαν κέ με τᾶν μερίμναν
– ⏑ – ]λαισ’ ἀντιδ ⏑ – ⏑ ϑοις δὲ
– ⏑ ⏑ – ⏓
s’il est permis de comparer des mortelles (à des déesses). Sache-le bien, à la vision de ta beauté, je sens tous mes soucis qui s’envolent...



15
– ⏑ – ⏓ – ⏑ ⏑ – ν]τας ὄχϑοις
– ⏑ – ⏓ – ⏑ ⏑ – ⏑ –] ταιν
– ⏑ – ⏑ – ⏑ ⏑ παν]νυχίσ[δ]ην
– ⏑ ⏑ – ⏓

1) Note de Théodore Reinach : Cf. (avec Willamowitz) Ovide, Ars, II, 699 : Scilicet Hermonien Helenea praeponere posses ?

Fragment 36 [Oxy. Pap. 1231, 15]

― ]ν[ ⏑ ⏓ ― [κ]έλομαι σ[ε ― ⏑
Γο]γγύλα,[πέφα]νϑι λάϐοισα μα[ ― ⏑
Γλα]κτίναν· σὲ δηῦτε πόϑος τ[έαυτος]
ἀμφιπόταται
... Reviens, je t’en conjure, Congyla, et parais revêtue de ta tunique ( ?) couleur de lait. Ah ! quel désir flotte autour

5
τὰν κάλαν· ἀ γὰρ κατάγωγις αὔτα[
ἐπτόαισ’ ἴδοισαν· ἔγω δὲ χαίρω·
λαὶ γὰρ αὔτα δὴ τ[όδ]ε μέμφ[εταί σοι
Κ]υπρογέν]ηα
de ta beauté ! L’enjôleuse (1) fait tressaillir celle qui l’aperçoit. Et moi je me réjouis, car c’est elle-même qui te fait ce reproche, la déesse de Chypre,

τ] ᾶς ἄρᾱμα[ι ― ⏑ ⏑ ― ⏑ ― ⏑
τοῦτο τω ] ⏑ ― ⏑ ⏑ ― ⏑ ― ⏑
β]όλλαμα[ι ⏑ ― ⏑ ⏑ ― ⏑ ― ⏑
– ⏑ ⏑ – ⏓
que j’invoque en priant...

(1) Note de Théodore Reinach : καταγωγις désigne toujours un vêtement ; “la seule vue de son vêtement... ” ?? Chantraine.

Fragment 37 de Sappho de Lesbos traduit par Reinach [Oxy. Pap. 1231, 16]

⏑ - ⏑ ⏓ ϑαμέω [ ν ⏑ - ⏓
⏑ ― ⏑ ⏓ ― ⏑ ⏑ ὄττινας γὰρ
εὔ ϑέω, κῆνοί με μάλιστα πά[ντων
δηῦτε ] σίνονται·
… Ceux à qui je veux du bien, ce sont ceux-là justement qui me font le plus de mal

5
―⏑ ― ⏓ ] ἀλεμάτ[ων ⏑ ― ⏓
―⏑ ― ⏓ ― ⏑ ] · γόνω μ [ ⏑ ― ⏓
―⏑ ― ⏓ ― ⏑ ] ομ’ οὐ πρ [⏑ ― ⏓
― ⏑ ⏑ ― ] αι
… Cela, j’en ai, dans moi, l’intime conscience


10
― ⏑ ― ⏓ ― ] σέ ϑέλω [ ⏑ ― ⏓
― ⏑ ― ⏓ τοῦ ] το πάϑη [ν ⏑ ― ⏓
― ⏑ ― ⏓ ― ] λαν. ἔγω δ’ ἐμαὐτᾱι
τοῦτο σύνοιδα.



15
― ⏑ καλλί ]στοισ[ι ⏓ ― ⏑ ― ⏓
( ― ⏑ ― ⏓ ― ἐναμ [ιλλος ― ⏓
. . . . . ε . . . .
― ⏑ ⏑ ― ⏓

Fragment 38 [Oxy. Pap. X, 1231, 50. C. Class. Rev., 1916,103.]

Note d'Aimé Puech : Le fragment est trop incomplet pour prêter aisément à des restitutions. La mention de reproches (ceux qui blâmaient…) au vers 2, celle de jeunes filles au vers 7, de conversation, de faveur, aux vers 3, 4 ; le pluriel : nous marchions, au vers 5, le mot toi au vers 6, indiquent une pièce adressée par Sappho à une des jeunes filles de son groupe.

― ⏑ ]καὶ γὰρ [ ― ⏑ ⏑ ― ⏑ ― ⏓
αἴτ ινες μέμ [ φοντο ⏑ ― ⏑ ― ⏓
― ]ζάλεζαι· κ[ ― ⏑ ⏑ ―⏑ ― ⏓
ἄ ] δρα χάρισσα[ι

5
σ]τείχομεν γὰρ [ ― ⏑ ⏑ ― ⏑ ― ⏓
κα]ὶ σὺ τοῦτ’ · ἀλλ’ [ ― ⏑ ⏑ ― ⏑ ― ⏓
πα]ρ[ϑ]ένοις ἄπ[ ― ⏑ ⏑ ― ⏑ ― ⏓
― ]εν ἔχοιεν.

...

Fragment 39 [Oxy. Pap. 1231, 56 ; cf. Wilamowitz, loc. cit., Edmonds, Class. Rev., 1916,104.] (chant nuptial)

3
vers
νυκτ [ ⏑ ⏑ ― ⏓
(Champ nuptial.)

5
πάρϑενοι δ[ἐ ― ⏑ ⏑ ― ⏑ ― ⏓
παννυχίσδομ[εν ⏑ ⏑ ― ⏑ ― ⏓
σὰν ἀείδοιχίσδομ[σαι φιλότατα καὶ νύμ-
φας ἰοκόλπο.
Nous, jeunes filles, nous passons toute la nuit (devant cette porte) chantant (heureux époux), ton amour et celui de ta fiancée au sein de violettes.

9
ἀλλ’ ἐγέρϑῃ[τ’ ― ⏑ ⏑ ― ⏑ ― ⏓
στεῖχε σοῖς [φόλοις ⏑ ⏑ ― ⏑ ― ⏓
ἤπερ ὄσσον α[⏑ ⏑ ― ⏑ ― ⏓
ὔ πνον [ ἴ ] δωμε[ν.]
* Mais réveille toi…

μελων α
χ η η η δ δ
Fin du Ier livre des Odes
1230 (lignes).

Fragment 40 [Oxy. Pap. 1231, 3-8,11, 17-31, 32-33 ?, 34-49, 51-55]

Note, fragment 4 : L'épigramme démonstrative 13 de l'Anthologie de Planude de Platon le philosophe (428-347) " Viens t'allonger au pied de ce grand pin sonore, frissonant aux souffles réguliers des Zéphyrs ; et là, près de mes eaux bruissantes, la syrinx sur tes yeux fera venir le charme d'un profond sommeil." (Les deux leçons "theloméno" ou théloménon" sont également suffisantes : "la syrinx, en te charmant, sur tes yeux fera tomber le profond sommeil".

Sappho
litterature lesbienne
musée lesbien - L'origine du Monde de Courbet
saphisme-et-sexologie, dessin d'Ange et Damnation
Bibliographie saphique générale :

Bibliographie personnelle :


Liens saphiques :